Coronavirus : Les couples binationaux séparés par le virus vont-ils enfin pouvoir se retrouver ?

AMOURS A DISTANCE Les Français non mariés en couple avec une personne étrangère n’avaient jusqu’alors pas le droit au regroupement familial

L.Br.

— 

Image d'illustration d'un couple.
Image d'illustration d'un couple. — CRISTINA QUICLER / AFP

L'épidémie pèse sur la vie de certains amoureux. Depuis le début de la crise sanitaire, des couples sont séparés par des frontières, fermées pour cause de Covid. Dimanche, le secrétaire d’Etat au Tourisme Jean-Baptiste Lemoyne a annoncé dans le JDD la mise en place d’une procédure pour permettre aux Français de retrouver leur moitié étrangère. Près de 2.000 couples binationaux sont concernés, rappelle Le Parisien.

Pour décrocher le droit de se retrouver, « il faudra prouver une relation sentimentale durable », écrit le JDD : un compte bancaire commun, des factures communes, ou un contrat de bail locatif par exemple. « Les conjoints devront se présenter au consulat avec des documents attestant des activités communes, leurs pièces d’identité, une preuve de résidence en France pour le conjoint français, un titre de transport aller et retour », détaille Jean-Baptiste Lemoyne. « Ces dérogations, qui seront validées par la Commission interministérielle de crise, entraîneront la délivrance d’un laissez-passer lorsque c’est nécessaire », ajoute-t-il.

Des retrouvailles autorisées dans 8 pays européens

Pour ces couples non mariés, il était jusque-là impossible de demander un regroupement familial, rappelle Le Parisien. Ils avaient alors exprimé leur désarroi sur les réseaux sociaux, avec les hashtags « LoveIsNotTourism », « l’amour, ce n’est pas du tourisme », et « LoveIsEssential », « l’amour est essentiel ». Cette campagne appelle les gouvernements du monde entier à agir. Selon ce mouvement, seuls huit pays européens, dont le Danemark et les Pays-Bas, autorisent la réunion de ces couples.

La Commission européenne s’était saisie de cette question la semaine dernière, regrettant qu'« une minorité » de pays ne permette ces réunions de couples. « Dans la situation actuelle, les Etats membres peuvent permettre à des partenaires non mariés (avec des ressortissants ou résidents de l’UE) engagés dans des relations dûment attestées d’entrer dans l’UE s’ils le veulent. Nous avons de façon répétée encouragé les États membres à offrir cette possibilité », avait alors déclaré un porte-parole de la Commission, Adalbert Jahnz.