Coronavirus à Tarbes : 50 gendarmes mobiles de retour de Polynésie testés positifs

EPIDEMIE L’un d’entre eux est hospitalisé

H.M.

— 

Un gendarme mobile. Illustration.
Un gendarme mobile. Illustration. — Nicolas Messyasz - Sipa

L’escadron de gendarmerie mobile de Tarbes, nom de code EGM 35-6, n'est plus tout à fait opérationnel. La préfecture des Hautes-Pyrénées a annoncé jeudi que 50 de ses militaires avaient été testés positifs au Covid-19, à leur retour de Polynésie. L’un d’entre eux est hospitalisé.

Les 72 hommes concernés par cette mission sont rentrés le 7 août. « Le 10 août, certains d’entre eux ressentant des symptômes évocateurs, les militaires et leurs familles ont été immédiatement confinés dans leur casernement », retracent les services de l’Etat. C’est donc sur site, avec le concours d’une équipe mobile des pompiers, que les tests de dépistage ont été réalisés le lendemain sur 82 militaires.

105 cas contacts pour l’instant

« Pour tenir compte de la période d’incubation », le dépistage des familles débutera, lui aussi sur site, le lundi 17 août.

L’Assurance maladie a par ailleurs identifié pour l’heure 105 cas contacts « à risques », majoritairement dans le cercle familial des gendarmes. Ils ont été orientés vers des centres de test et priés de s’isoler. Les investigations sanitaires se poursuivent.