C’est l’heure du BIM : Avertissement de l’OMS sur le coronavirus, tests salivaires et l’air californien irrespirable

ACTUALITES « 20 Minutes » compile pour vous les infos qu’il ne faut pas manquer ce matin dans votre Bulletin d’information matinal (BIM)

X.M.

— 

Dans les rues de Bordeaux le 11 septembre 2020.
Dans les rues de Bordeaux le 11 septembre 2020. — UGO AMEZ/SIPA

Vous avez manqué les infos de ce début de matinée ? On vous a concocté un récap pour vous aider à y voir plus clair.

L’OMS avertit une nouvelle fois l’Europe dans sa lutte contre le Covid-19

A ceux qui pensent que la pandémie est désormais du passé, l’Organisation mondiale de la Santé a lancé mardi un énième avertissement. Selon elle, l’Europe aborde un moment décisif dans la lutte contre le Covid-19 avec la rentrée scolaire et l’arrivée de l’automne. Pour l’OMS, les gouvernements doivent faire des choix clairs. « Qu’est ce qui est le plus important : le retour de nos enfants dans les classes ou l’ouverture des night-clubs et des bars ? », a lancé le directeur des situations d’urgence de l’Organisation, Michael Ryan.

Des tests salivaires virologiques pour dépister le Covid-19 début octobre ?

Le dépistage est au cœur de la lutte contre la pandémie. Des  tests salivaires seront donc « mis en place très probablement tout à fait fin septembre ou début octobre », a indiqué le président du Conseil scientifique Jean-François Delfraissy mardi devant la commission d’enquête sénatoriale sur la gestion du Covid-19. Selon lui, ces tests salivaires – dont le prélèvement est plus facile que celui dans le nez et moins désagréable pour la personne testée – permettraient d’avoir « une stratégie plus simple » de tests.

La qualité de l’air à des niveaux critiques dans l’ouest américain

Du gris, rien que du gris. L’indice de qualité de l’air (IQAir), jugé mauvais à partir de 50, dépasse largement les 200 en Californie, dans l’Oregon et l’Etat de Washington – et approche même des 500 au plus près des incendies qui ravagent la côte ouest des Etats-Unis. Le gouverneur de Californie Gavin Newsom a avancé que respirer durant une journée l’air des zones les plus sinistrées revenait à fumer 400 cigarettes. Selon le site New York Metro Weather, la fumée a même traversé l’Amérique pour atteindre Big Apple, où le soleil a rougeoyé dans un ciel brumeux. 20 Minutes fait le point sur cette situation apocalyptique.