Calais : Le préfet prolonge et étend l’interdiction de distribuer des repas aux migrants

SOCIETE Jugé légal par la justice, l’arrêté préfectoral interdisant la distribution de denrées gratuites aux migrants sur la commune de Calais a été prolongé jusqu’au 16 novembre

Mikaël Libert

— 

Des bénévoles préparent des repas pour les migrants de Calais (illustration).
Des bénévoles préparent des repas pour les migrants de Calais (illustration). — M.Libert / 20 Minutes
  • Un arrêté préfectoral interdit aux associations non mandatées par l’Etat de distribuer des repas aux migrants à Calais.
  • Entrée en vigueur début septembre, cette interdiction a été prolongée, lundi, jusqu’à mi-novembre.
  • Le tribunal administratif et le Conseil d’Etat avaient successivement rejeté les recours des associations contre l’arrêté préfectoral.

La préfecture joue encore les prolongations. Lundi, l’arrêté préfectoral interdisant la distribution gratuite de denrées sur la voie publique à Calais a été une nouvelle fois prolongé. La première mesure de la sorte, qui était entrée en vigueur début septembre, avait été contestée en vain devant le tribunal administratif par des associations d’aide aux migrants.

Le 10 septembre dernier, le préfet du Pas-de-Calais avait donc pris un arrêté qui interdisait aux associations non mandatées par l’Etat de distribuer de la nourriture aux migrants dans certains secteurs de la ville. Entre autres arguments, le représentant de l’Etat avait avancé la crise sanitaire du coronavirus et des troubles à l’ordre public. Les associations, une dizaine, avaient déposé un recours devant le tribunal administratif de Lille, puis devant le Conseil d’Etat.

Elles avaient été déboutées les deux fois. Depuis, la préfecture a reconduit son arrêté à plusieurs reprises, la dernière prolongation entre en vigueur ce mardi jusqu’au 16 novembre.

Près de 50 rues, boulevards et quais concernés

Le nouveau texte prévoit cependant d’étendre le périmètre concerné par cette interdiction. Dans le centre-ville de Calais, ce sont désormais 23 rues, boulevards et quais qui sont inclus. Dans le secteur du Beau-marais, on en dénombre aujourd’hui 26 en tout. L’arrêté précise par ailleurs que dans ce périmètre, les équipements scolaires, universitaires et sportifs, y compris leurs parkings et voies d’accès, sont inclus dans l’interdiction.

Le représentant de l’Etat précise tout de même que les migrants ne sont pas laissés sans nourriture. L’association mandatée par la préfecture, La vie active, « effectue des maraudes “alimentaires” permettant une distribution de repas mobile afin d’aller à la rencontre des migrants à proximité des lieux de vie recensés », assure le préfet dans un communiqué. Il avance d’ailleurs le chiffre de 95.175 repas distribués par cette même association depuis début septembre.