Coronavirus à Béthune : Le préfet ferme un club échangiste pour non-respect de la distanciation physique

EPIDEMIE La « Villa des anges », près de Béthune (Pas-de-Calais), a écopé d’une fermeture administrative de 15 jours pour avoir enfreint à plusieurs reprises les règles sanitaires liées à la crise du coronavirus

Mikaël Libert

— 

La Villa des anges, dans le Pas-de-Calais.
La Villa des anges, dans le Pas-de-Calais. — Google maps
  • Un club échangiste situé près de Béthune (Pas-de-Calais) est frappé par une mesure de fermeture administrative prise par le préfet.
  • Des manquements au respect des règles sanitaires ont été constatés par les autorités.
  • Le patron du club dénonce une cabale, et accuse ses concurrents.

Dis donc, tu viens plus aux soirées ? En ces temps d’épidémie de coronavirus, il existe des activités pour lesquelles le respect de certaines règles sanitaires est sans doute plus contraignant que pour d’autres. Ainsi, un club échangiste, ou libertin, du Pas-de-Calais a été sanctionné pour n’avoir pas assuré la distanciation physique entre les clients a-t-on appris auprès de la préfecture.

« Chers amis les anges, je vous annonce que la Villa des anges est fermée pour une durée de 15 jours par arrêté préfectoral », affiche sur son site Internet le club libertin installé à Chocques, près de Béthune, dans le Pas-de-Calais. De son côté, les services de l’Etat expliquent que la sanction intervient « suite aux manquements répétés aux prescriptions légales et réglementaires adoptées dans le cadre de la crise sanitaire. »

De la danse et davantage si affinités

Entre autres griefs retenus contre l’établissement, les autorités notent des défaillances dans l’obligation du port du masque, en tout cas de masques protégeant du virus. La préfecture déplore aussi que les « clients s’adonnent librement à la danse pourtant prohibée en application de l’arrêté préfectoral du 2 octobre 2020 ».

Point le plus épineux, les autorités affirment que « la distanciation physique n’est pas assurée, y compris en ce qui concerne les activités propres à l’établissement concerné. » On ne va pas vous faire un dessin pour vous expliquer en quoi consistent ces « activités propres à l’établissement », mais on peut toutefois s’interroger sur la difficulté de les maintenir tout en respectant un mètre de distance.

Un coup de la concurrence ?

Pour la direction du club, il s’agit d’un coup monté. Selon elle, la sanction est tombée après la diffusion d’une vidéo tournée le 19 septembre à l’intérieur du club par un groupe de quatre personnes et dont un membre est « parent avec l’un de nos concurrents ». Pour sa part, la préfecture rétorque que l’établissement avait déjà fait l’objet d’une mise en demeure à la fin du mois d’août.

Quoi qu’il en soit, le club échangiste restera fermé jusqu’au lundi 2 novembre. Un coup dur pour la direction qui promettait déjà à ses clients une soirée Halloween.