La jeune pilote picarde Mégane Lombard.
La jeune pilote picarde Mégane Lombard. — Margaux Ferleu

MOTO

Enduropale du Touquet : La jeune Picarde Mégane Lombard veut s’offrir le triplé

Leader du championnat de France 2020 et déjà victorieuse en 2018 et 2019, la jeune Picarde espère conclure sa saison en beauté à l’Enduropale du Touquet

  • Après une pause de plusieurs années, la jeune Picarde Mégane Lombard a repris la moto en 2017, en parallèle de ses études en langues étrangères à Roubaix.
  • Son retour a été ponctué par un titre de champion de France sur sable en 2018, une troisième place en 2019 et deux victoires sur la course du Touquet.
  • Elle vise le triplé et une place dans le Top 200 pour briller et se faire remarquer.

Mégane Lombard a troqué son casque pour un petit bonnet marin à la mode. Son visage boueux a aussi laissé place à un joli sourire, ce matin à Lille, lors de l’interview. Mais la passion de la moto transpire toujours chez la favorite de l'Enduropale, qui sera disputé ce week-end au Touquet.

Sur le dossier de presse de la course mythique, trône la photo de la jeune femme à côté de Ramon, Potisek ou Watson, les cadors de la discipline. Une première pour une concurrente féminine. « Quand j’ai vu ça, je me suis dit qu’on marchait sur la tête… et qu’on avait passé un cap dans l’histoire de la moto », sourit-elle.

Son objectif ? « Un Top 200 »

Sans rien dévoiler, on peut vous dire qu’elle ne fera pas le scratch. Un « Top 200 » serait une réussite et un record pour la jeune Picarde de 21 ans. En revanche, sur l’épreuve féminine, elle a clairement la cote. Logique, après deux succès d’affilée dans le Pas-de-Calais.

Leader du championnat de France sur sable, l’étudiante pourrait, en outre, valider son titre lors de cette dernière manche particulière. « Le Touquet, c’est spécial, j’y suis toujours venue avec mon père, se souvient-elle. Et avec 1.200 participants, trois heures de course et des centaines de milliers de spectateurs, c’est un truc de fou ! ».

La même course, un dossard différent…

Dimanche, parmi les 1.200 pilotes au départ de la course reine (12h45), elles ne seront qu’une dizaine de concurrentes repérables par leurs dossards roses. L’unique différence. « Une fois qu’on est sous le casque, c’est le même terrain défoncé pour tout le monde, tranche-t-elle. Amateurs, anciens et champions sont mélangés, il n’y a que dans les courses sur sable qu’on voit ça. »

Au cœur de cette meute, Mégane Lombard, sur Honda 250 CRF, va tenter de se démarquer. Soutenue depuis l’été 2019 par le team Wonder Bike d’Annezin mais pas pilote officielle, la gamine de Fressenville, dans la Somme, n’a pas qu’un intérêt sportif à briller sur la dernière course de la saison sur sable. Se faire remarquer pourrait convaincre de nouveaux sponsors.

Elle rêve d’un grand prix mondial

En 2014, elle avait dû mettre la moto de côté pour une question de coûts. Et si la passion a repris le dessus au bout de trois années d’arrêt, les réalités économiques sont toujours là. « Très peu en vivent correctement, analyse-t-elle. On verra les propositions, mais j’aimerais faire un grand prix en championnat du monde, à Valkenswaard, aux Pays-Bas, par exemple ».

En attendant, l’étudiante en langues étrangères à Roubaix prépare son avenir. Cet été, elle va découvrir d’autres plages. Par exemple, celles du Cap, en Afrique du Sud, où elle effectuera un stage dans le commerce durable.