Ligue 1 : Du championnat à la C1 en passant par les Coupes, quelle reprise pour les clubs français?

FOOTBALL Le programme de reprise des clubs de Ligue 1 se précise 

William Pereira, avec N.C et C.C

— 

Kylian Mbappé
Kylian Mbappé — UEFA - Handout/VSPress/SIPA
  • Alors que les championnats étrangers ont repris, la Ligue 1 pense à la saison prochaine
  • Les clubs vont progressivement reprendre le chemin de l'entraînement au mois de juin
  • 20 Minutes dresse le probable calendrier de la reprise du football français 

La Bundesliga : a repris. La Liga : reprendra le 11 juin. La Premier League : revient le 17 du mois. La Serie A : repart trois jours plus tard. La Ligue 1, elle, a baissé le rideau avant tout le monde et, sauf soubresaut de dernier instant (l’OL, Amiens et Toulouse ont rendez-vous jeudi devant le Conseil d’Etat), ne rouvrira qu’au mois d’août pour l’entame de la saison 2020-21. L'heure pour 20 Minutes d'esquisser les contours du calendrier de la reprise du foot français. 

La reprise de l'entraînement se dessine pour les clubs

A l’heure où ces lignes sont écrites et pour reprendre un terme à la mode, les joueurs sont « dans la nature ». Comprendre, en vacances. Ils reprendront courant juin pour la plupart, même si des clubs comme Monaco ou Marseille attendent la confirmation du 23 août comme point de départ du championnat avant de tabler sur une date de retour à l’entraînement, et d’autres – Strasbourg et Rennes – ont brièvement repris courant mai avant de reprendre congé (du 12 au 29 pour les Alsaciens et du 13 au 29 pour les Bretons). Pour la vision globale, ça donne quelque chose comme « ça ».

Leur reprise est fixée : l’OL (8 juin), Nice et Nantes (15 juin), PSG, Montpellier, Bordeaux (22 juin), Reims (23 juin), Brest et Strasbourg (29 juin) et Angers (1er juillet).

Ils ne connaissent pas encore leur date de reprise : l’OM (le club évoque la fin du mois de juin), le Losc, l’ASSE, Lens, Dijon, Lorient, Nîmes, Monaco, Metz et Rennes.

Les tests et les tournois amicaux, tubes de l’été ?

Concernant la reprise à proprement parler, un dénominateur commun se dégage : les équipes devraient commencer par un test de dépistage au coronavirus suivi de tests cardiaques (en priorité pour les joueurs positifs au Covid-19). C’est le cas pour le PSG d’après une information relayée par Le Parisien mais aussi du FC Nantes, dont on a réussi à zyeuter le programme de reprise qui devrait se solder par un stage à Annecy au mois de juillet. A Bordeaux, où les joueurs suivent individuellement un programme à distance depuis le 1er juin, un membre du staff alerte sur la teneur exceptionnelle de la préparation physique à venir.

« Il faudra y aller très doucement au début car ce que viennent de vivre les joueurs n'a rien à voir avec une coupure d'intersaison classique. C'est beaucoup plus brutal.Il va falloir faire un vrai travail de réathlétisation pendant deux ou trois semaines. On est un peu inquiet car on voit par exemple en Allemagne beaucoup de blessures aux ischio-jambiers. »

L’autre difficulté majeure résidera dans l’organisation de matchs de pré-saison. Pour pallier l’absence d’adversaires étrangers, contexte oblige, Jean-Michel Aulas propose d’organiser un tournoi amical en juillet dont les protagonistes seraient l’OL, le PSG, Saint-Etienne (tous ont au moins une finale de Coupe à jouer a priori début août), ainsi que le Losc, volontaire pour se greffer au trio. L’idée étant de retrouver le rythme avant de replonger dans le bain européen. Pour la suite de la pré-saison, le patron lyonnais a laissé entendre que d’autres rencontres du même type pourraient avoir lieu avec d’autres équipes.

Les finales de Coupes et une inconnue nommée Trophée des champions

Aucune date n’est fixée que ce soit pour la Coupe de la Ligue, la Coupe de France ou le Trophée des champions – si tant est que ce dernier soit joué – mais Noël Le Graët a bien un plan pour les deux premières finales. Le patron de la 3F souhaiterait les faire tenir en sept jours au Stade de France. D’abord la Coupe de la Ligue (PSG-OL) puis la Coupe de France (PSG-ASSE), comme il l’expliquait la semaine passée à L’Equipe. « Si on peut avoir des matches au mois d'août, ce serait pas mal. […] D'abord la Coupe de la Ligue, car Lyon pourrait jouer en Ligue des champions, le 7 ou le 8 août, son match retour face à la Juventus, même si ce n'est pas confirmé. Il vaut donc mieux que les Lyonnais jouent avant. Mais on va donc devoir attendre la mi-juin pour fixer nos dates du mois d'août. »

Un final 4 ou 8 pour la C1 en août? 

Une certitude avant de mettre les mains dans ce cambouis intersidéral qu’est la fin de la Ligue des champions : la compétition ne se terminera pas dans son format classique. Il reste 17 matchs à jouer en août, parmi lesquels des huitièmes de finale (l’OL est concerné) et des quarts à définir pour lesquels Paris est déjà qualifié. L’UEFA dévoilera dans deux semaines le format final de cette édition fatalement au rabais. Le quotidien sportif espagnol As - qui avait visé juste sur le calendrier de reprise du vélo – croit en connaître les contours.

Deux scenarii : le premier suit la piste d’un final four, précédé d’un quart de final en un match sur terrain neutre ou par tirage au sort pour déterminer qui jouera à domicile. Le second tendrait vers un final 8 avec matchs à élimination directe dans une seule ville (probablement Lisbonne ou Munich à la place d'Istanbul). Une option redoutée par les diffuseurs qui verraient le nombre d’affiches fondre considérablement. Mais l’UEFA souhaite en finir au plus vite pour se laisser de l’air avant la phase de groupes de l’édition suivante, programmée le 20 octobre. Tout un programme. 

Une conclusion à cette histoire, quand même : si tous les autres championnat européen auront repris depuis plusieurs semaines et les équipes seront bien rôdées, Lyon et le PSG arriveront pour défendre leur chance en Ligue des champions fraîches de près de cinq mois sans matchs de haut niveau. Sans doute pour ça que Lyon a décidé de débuter tôt (5 juin) sa préparation. Pour le PSG, qui reprendra deux semaines plus tard, on peut s'inquiéter, explique Xavier Frezza, préparateur physique chargé d’une vingtaine de joueurs professionnels en Ligue 1 et à l’étranger. « Le 22 juin, ça me paraît court pour être prêt. Après, qu’est-ce qui sera le mieux début août en Ligue des champions ? Manquer de matchs parce qu’on sort de prépa comme l’OL et le PSG ou arriver avec deux mois de matchs tous les trois jours parce qu’on a fini le championnat comme les autres ? Je suis curieux de voir dans quel état physique seront les Allemands ou les Italiens en août. »