Tour des Flandres : « Je me sens coupable », le motard à l’origine de la chute d’Alaphilippe pense à « tout arrêter »

CYCLISME L’homme a tenu à répondre aux médias

B.V.

— 

Alaphilippe a été victime d'un vol plané lors du Tour des Flandres.
Alaphilippe a été victime d'un vol plané lors du Tour des Flandres. — Luc CLAESSEN / BELGA / AFP

C’est un homme meurtri qui a répondu à la presse belge après la course. Le « fucking motard de merde », comme l’a tweeté le coéquipier de Julian Alaphilippe Remco Evenepoel après la chute du Français sur le Tour des Flandres se faisait tout petit après la course dans les colonnes de Nieuwsblad. « Je fais cela depuis 20 ans et rien de tel ne m’est jamais arrivé auparavant, explique Eddy Liessens, policier retraité de 64 ans. Je suis désolé pour Alaphilippe. Ses blessures sont graves et il avait aussi une chance de gagner le Tour des Flandres. Cela m’a vraiment touché. »

A tel point qu’il « envisage d’arrêter ». « Je me sens coupable, même si je ne peux rien y faire », poursuit-il, précisant les conditions de l’accident. « L’avance des hommes de tête avait dépassé les 20 secondes. A ce moment-là, j’ai décidé avec la moto de Shimano de me positionner derrière le groupe. Pourquoi étions-nous sur la droite de la route ? Ceux qui se posent la question n’ont jamais participé à une course de vélo. Je n’ai rien fait d’inhabituel. Ces choses-là se passent 100 fois par course. On a eu juste de la malchance. »

Le boss de la Deceuninck, l’équipe d’Alaphilippe, a lui allumé le pilote dans l'Equipe. « Les motos n’avaient rien à faire là. Les pilotes auraient dû se positionner à l’extérieur, car c’était un léger virage à droite. On sait tous que les cyclistes cherchent toujours l’itinéraire le plus court, c’était évident qu’il passerait là et non en face. Les coureurs n’ont pas compris ce qu’il se passait, on a bien vu que Mathieu était énervé. »

Alaphilippe, dont la saison est terminée, souffre de fractures à la main.