Barça : Luis Suarez a passé un test d'italien bidon pour pouvoir signer à la Juventus

FOOTBALL La signature du Barcelonais à la Juventus dépendait en grande partie de son obtention de la nationalité italienne et de la réussite du fameux test de langue en question

A.L.G.

— 

Luis Suarez cherche une porte de sortie du Barça.
Luis Suarez cherche une porte de sortie du Barça. — JOSE JORDAN / AFP

Indésirable au Barça depuis l’arrivée de Ronald Koeman sur le banc, Luis Suarez ne devrait finalement pas rejoindre la Juventus, comme l’annonçait la presse italienne ces derniers jours. La raison ? Une histoire de formalités administratives qui auraient trop traîné en vue de l’obtention de la nationalité italienne. Car la condition sine qua none pour que l’Uruguayen rejoigne CR7 chez les Juventini tient à cette naturalisation, afin que la Juve n’ait pas à enregistrer le joueur sur la liste des extracommunautaires.

Problème, si cela traîne, c’est peut-être parce qu’il y a eu tentative d’entourloupe de la part de l’attaquant barcelonais. En effet, selon un journaliste d’Eurosport toujours bien informé sur le Calcio, l’examen d’italien pratiqué dans ce genre de dossier de naturalisation effectué par le joueur « était une arnaque ». « Enquête ouverte, les sujets et les points visiblement donnés en amont de l’épreuve », écrit notre confrère.

L’Atlético en plan B ?

Selon As, la Juve craignait de ne pas avoir assez de temps pour inscrire le buteur sur la liste pour la Ligue des champions, et ce même si Suarez réussissait le test en question. Il faut peut-être y voir l’une des raisons de la fraude présumée révélée ce mardi. Si l’enquête devait conclure à une arnaque, le dossier de Suarez à la Juventus serait automatiquement clos. Ce sont d’ailleurs ces deux hommes qui, selon le média italien, seraient dans le viseur de la brigade financière chargée de l’enquête.

A en croire La Repubblica, « les sujets couverts par l’examen ont été convenus au préalable avec le joueur » tandis que l’examen, qui n’aurait duré que quelques minutes au lieu des deux heures et demie habituellement dévolues à ce type d’exercice, se serait conclu par des selfies entre le joueur, le recteur et le directeur général de l’Université de Pérouse.

Reste l’Atlético de Madrid comme piste plus ou moins chaude pour la mâchoire la plus célèbre du football. Mais là encore, rien n’est fait puisque selon les dernières indiscrétions de la presse espagnole, le Barça ne serait absolument pas enclin à libérer son numéro 9 de sa dernière année de contrat pour le laisser filer gratos chez un concurrent direct.