Equipe de France féminine : « L’atmosphère n’est pas bonne »… Renard confirme le malaise actuel avec Diacre

FOOTBALL Les déclarations mettant en cause la sélectionneuse se multiplient depuis l’annonce de la non-convocation d’Amandine Henry, jeudi

N.C.

— 

Wendie Renard et Corinne Diacre après la défaite en quart de finale de la Coupe du monde des Bleues face aux Etats-Unis, le 28 juin 2019.
Wendie Renard et Corinne Diacre après la défaite en quart de finale de la Coupe du monde des Bleues face aux Etats-Unis, le 28 juin 2019. — FRANCK FIFE / AFP

Et l’on reparle du management de Corinne Diacre. Sujet sensible depuis la dernière Coupe du monde, après laquelle la sélectionneuse de l’équipe de France s’en était pris – entre autres – à Eugénie Le Sommer, il revient dans l’actu ces dernières semaines.

D’abord avec l’annonce de la gardienne Sarah Bouhaddi de renoncer aux Bleues tant que Diacre serait en place. Puis avec la non-sélection, cette semaine, de la capitaine Amandine Henry.

« Pas l’image que l’équipe de France doit avoir »

« Je l’ai appelée pour lui dire que je ne la prenais pas à ce stage-là pour lui laisser le temps de revenir à son meilleur niveau après sa blessure, a justifié Diacre en conférence de presse. L’annonce ne lui a pas fait plaisir évidemment. » « Elle a été très surprise et choquée par cette décision », a fait savoir son club de l’OL dans la foulée.

Le malaise est réel. Vendredi soir, après la facile victoire de Lyon face à Guingamp (où Henry a ouvert le score), Wendie Renard, ex-capitaine des Bleues et appelée en sélection, l’a exprimé clairement. « Il faut ramener un peu plus de sérénité. L’atmosphère n’est pas bonne. L’image que l’on dégage n’est pas celle que l’équipe de France doit avoir, a dit Renard au micro de Canal +. Il faut ramener une atmosphère un peu plus sereine et surtout une énergie positive pour pouvoir se trouver complètement sur le terrain. Il est important d’être serein et d’avoir la confiance pour s’exprimer. »

Autrement dit, l’ambiance ne cesse de se détériorer au sein des Bleues, au point de devenir vraiment pesante. « Cette semaine on a rencontré le président Noël Le Graët, nous avons eu un échange sur notre vision de l'équipe de France. On lui a demandé la sienne. L’échange n’a pas très long mais il était important pour pouvoir avancer, et surtout avancer ensemble, a ajouté la défenseuse. C’est comme dans une entreprise, quand on sait qu’on a des désaccords avec le patron, on n’est pas sereins. Il faut ramener de la sérénité, que tout le monde soit clair. On ne peut pas continuer comme ça, on se fait du mal entre nous. »

Ambiance pas au top

Un peu plus tard, Amel Majri, qui revient aussi de blessure et qui a, elle, été appelée en sélection, en a rajouté une petite couche. « Ce n’est pas compréhensible. Amandine reste la capitaine de l’équipe de France, et des mauvaises prestations, on en fait toutes. Ce n’est pas cohérent », a-t-elle estimé.

L’ambiance s’annonce électrique lors du rassemblement qui commence dans quelques jours. Les Bleues doivent disputer deux matchs de qualification à l’Euro-2022 contre la Macédoine du Nord le 23 octobre et en Autriche le 27. Le contrat de Corinne Diacre court jusqu’à cette compétition. D’une manière ou d’une autre, Noël Le Graët, qui a toujours soutenu sa sélectionneuse, va devoir siffler la fin de la récré.